sympomes-physique-deuil2-min
juillet 21, 2017 Sophrologie Pas de commentaire

La perte d’un être cher (décès, séparation, voire pour certains individus d’un lieu cher lors d’un déménagement…) reste pour nous humain une période douloureuse qui nécessite bien souvent un accompagnement, une aide extérieure.
Face au déluge émotionnel qui s’en suit, tristesse, chagrin, inquiétude, angoisse, anxiété voire colère et rage, l’être humain peut se sentir vite démuni jusqu’à l’impuissance. De jour comme de nuit les émotions le submergent, l’insomnie, l’épuisement le guette.
Bien sûr, notre société offre de nombreuses voies thérapeutiques à commencer par la psychothérapie parfois un peu longue mais il existe aussi des thérapies dites « brèves », au résultat rapidement vérifiable telle la sophrologie, la sophro-analyse, l’hypnose thérapeutique…qui sur 3 séances pourront aider l’endeuillé/e à tourner son regard vers le futur pour un nouveau départ, à son rythme bien sûr, allégeant ainsi le travail de deuil qui reste personnel à chacun en intensité, en temps et en heure.
Personnellement, en tant que thérapeute je propose dès la première séance une technique respiratoire, facilement réutilisable chez soi, qui permet à la personne de re-trouver des instants de calme intérieur aussi souvent que possible, à cela j’ajoute quelques stimulations simples pour détendre le corps tel auto-massage, contraction-détente et visualisation guidée d’un paysage connu et apprécié de la personne ainsi qu’une phrase positive à répéter en ponctuation de chaque séance , une phrase qui invite au calme, détente, douceur, pause, repos…j’ai un faible pour « je vais de mieux en mieux, j’ai confiance, je réussis… » Quoi qu’il en soit cette phrase aura été construite ensemble durant l’anamnèse ou entretien initial.
A la deuxième séance forte de constater que ça bouge, je propose une séance axée sur l’apaisement du mental, faire taire les pensées s’avèrera un bien précieux pour retrouver la paix intérieure. L’outil principal restera la respiration (rapide, alternée, plus lente, plus profonde, à chacune sa fonction et ses sensations et toujours facilement réutilisable , le but étant de doter le patient d’un outil efficace le rendant rapidement autonome à gérer son stress émotionnel, partout et en tout lieu, à tout moment, seul ou accompagné…)
A la troisième séance, nous travaillerons sur la gestion émotionnelle résiduelle, spécifique à chacun.
Pour certains ce sera la colère à libérer avec la technique du coup de poing, pour d’autre la tristesse à soulager en libérant le diaphragme noué qui contient les sanglots comme dans un étau, les regrets, les remords…tout ce qui remonte à la surface trouvera stimulation et forme-pensée adaptées.
A ces séances j’ajoute quelques conseils de lectures pour aider à revisiter ses croyances autour de la mort, j’aime conseiller les écrits du Dr Elisabeth Kübler Ross : la mort est un soleil, la mort est une seconde naissance, ceux du Dr Charbonnier : la mort expliquée aux enfants, ceux du Dr Moody aussi…
Ainsi que quelques élixirs floraux les célèbres fleurs du Dr Bach et son incontournable étoile de Bethléem qui réconforte les cœurs blessés, meurtris.
Ce que je remarque c’est que ces quelques séances redonnent à la personne endeuillée la perspective d’un possible et que c’est l’art de vivre même que véhicule la sophrologie, l’hypnose pratique, qui initient cela, ouvrir, ré-ouvrir à la vie tout en acceptant mieux les étapes à franchir avant le deuil réalisé.
De Dominique Philippe
Sophrologie-Hypnose
www.sophroenergiehypnose-vivancia.fr

Article écrit par Dominique Philippe