« Savoir respirer contribue beaucoup à l’harmonie et à l’équilibre intérieur/extérieur, mais pour cela il y a quelques règles à connaître. » Omraam Mikaël Aïvahnov
Souffle court, long, ou saccadé, nous passons notre temps à retenir notre souffle ou respirer « petit ». Pour souffler justement, et goûter la vie à pleins poumons, redécouvrons la respiration.
Avez-vous déjà remarqué le lien entre la respiration et l’attitude corporelle, l’état émotif, les pensées ? Souffle coupé par la surprise, soupirs de tristesse, respiration saccadée…
Nous respirons sans y penser, et pourtant le souffle varie avec nos humeurs. Trait d’union entre le corps et l’esprit, la respiration est au cœur de toute pratique de détente. Comme un mouvement qui relie l’intérieur à l’extérieur, dans une alternance semblable au flux et reflux incessant de la mer. Elle remplit bien sûr des fonctions organiques tels qu’enrichir le sang en oxygène et le débarrasser des déchets gazeux. Son action s’exerce également sur la combustion des graisses inutiles et l’équilibre des centres nerveux. Aussi, dès qu’on respire mal, c’est tout l’organisme qui s’encrasse, entraînant de la fatigue et un moral en berne.
Respirer avec le ventre, oui mais comment ?
La plupart du temps, nous adoptons une respiration thoracique. C’est-à-dire que l’air entre dans le haut des poumons et ressort de manière précipité. L’apport en oxygène est alors insuffisant, l’expiration est difficile. Conséquence : le gaz carbonique et des toxines sont stockés dans les tissus pulmonaires.
Or nous disposons d’un autre type de respiration : celle du ventre. Celle que nous retrouvons spontanément dans le sommeil, une respiration calme et tranquille. Observez quand un animal dort, comme son ventre se soulève avec régularité. En utilisant les muscles abdominaux, la respiration abdominale accroît le volume de la cage thoracique et favorise l’échange gazeux. Elle est à la fois tonique de la sangle abdominale, digestive et relaxante pour le plexus solaire. Ses vertus sont dues au travail du diaphragme (muscle plat séparant le thorax de l’abdomen) qui s’effectue en profondeur.
Comment pratiquer?
Au début, il est plus facile de pratiquer la respiration abdominale allongée, en gardant les genoux repliés, le ventre libre de toute tension.
1. Expirez d’abord à fond. En expulsant l’air par le nez. Le ventre rentré, les lombaires restent collées au sol. Le menton est légèrement rentré, comme si vous étiriez la nuque.
2. Puis inspirez en relâchant le ventre.
belle et bonne respiration à tous.

Dominique Philippe
Sophrologue -Hypnothérapeute certifiée
www.sophroenergiehypnose-vivancia.f…

Article écrit par Dominique Philippe