février 3, 2019 DNF, Hypnose, RVE Pas de commentaire

Histoire de l’#HYPNOSE

Les plus anciennes traces d’utilisation de l’#Hypnose ont été trouvées dans la #civilisationSumérienne, il y a plus de 3500 ans.

Les #Sumériens désignaient cette pratique comme une #guérison par les #mots. Ils évoquaient trois niveaux d’état de conscience de plus en plus profonds, dans lesquels on peut plonger le malade pour le #détendre, puis le #guérir.

Chez les #Egyptiens, il existait des #templesDuSommeil où des prêtres chuchotaient des suggestions à l’oreille des patients endormis.

Plus tard, #Socrate, qui s’était lui-même baptisé « accoucheur des âmes », accompagnait ses disciples par la #parole, pour les faire descendre dans les couches les plus profondes de leur propre esprit.

A l’époque de #LouisXVI, à Paris, le docteur #FrantzAntonMesmer, médecin autrichien,soignait ses patients lors de séances collectives, qui avaient beaucoup de succès dans les salons parisiens. Il parlait d’un fluide universel qui créait une interaction des humains entre eux, mais aussi des humains avec le reste du monde vivant. Et selon lui, la #maladie était causée par une mauvaise circulation de ce #fluide. Il soigna ainsi les musiciens, #Mozart, #Haydn, #Gluck ainsi que le #MarquisDeLafayette. En 1784, LouisXVI nomma deux commissions issues de l’Académie Royale des Sciences pour étudier le travail de #Mesmer. Toutes conclurent qu’il s’agissait d’un charlatan qui abusait de la naïveté de ses patients.

Il faudra attendre 1870 pour voir le Dr #JeanMartinCharcot, chef de service à l’hôpital de la #Salpétrière, utiliser cette technique dans une optique scientifique, notamment pour tenter de soigner les #épileptiques et les #hystériques. Une fois encore, les travaux de #Charcot furent très décriés par ses collègues. Mais il compta parmi ses élèves #SigmundFreud qui comprit que, même si l’#hypnose ne guérissait pas à coup sûr, il restait intéressant de l’utiliser comme un moyen d’investigation.

En 1890, le russe #IvanPavlov découvrit le principe de #réflexeconditionnel qui associe un #stimulus extérieur à une #action organique. L’expérience la plus connue est celle menée sur des chiens, qui salivent lorsqu’ils entendent une sonnerie, associée à de  la nourriture, le fameux #réflexeDePavlov.

Aux #EtatsUnis, vingt ans plus tard, #MiltonErickson va proposer une forme d’#hypnose plus douce et miser sur un travail d’#autohypnose du patient. Avec #Erickson, le patient est invité à se soigner lui-même. Dès lors, la personne agissante devient l’#hypnotisé et l’#hypnotiseur n’est qu’un guide chargé d’accompagner le patient.

<propos recueillis par #BernardWerber, journaliste-écrivain contemporain,  que je partage et remercie>

Dominique Philippe

Sophrologue-Hypnothérapeute certifiée

www.SophroEnergieHypnose-Vivancia.fr

Avatar
Article écrit par Dominique Philippe